Les Amis des Amis du Rhum

Les amis des amis du Rhum – Neisson

Nous voilà partis pour l’une des soirées des plus attendues pour certains et surtout pour l’organisateur :D, la soirée dédiée à Neisson. Alors pour ceux qui ne le sauraient pas encore, Neisson est l’une des dernières distilleries familiales de la Martinique avec une des plus petites capacités de production (avec La Favorite) et est la première à passer au rhum Bio.

Neisson Line UP

Après le traditionnel planteur (au Neisson 55% cette fois), nous démarrons ce line up très prometteur.

Neisson Blanc 52,5Le Rhum par Neisson – 52,5%

Comme d’habitude, c’est un blanc qui ouvre le bal. Ici, le fer de lance pour les ti-punch local : Le Rhum par Neisson 52,5%. Le nez est végétal, avec du zeste de citron vert, assez minéral (forêt humide) et évidemment de la canne fraîche. On nage en plein dans le champ de canne. La bouche est sur les agrumes, le poivre et l’anis. En Ti-punch, la canne à sucre fait son apparition et tout ces arômes se retrouvent exaltés. Le verre vide laisse réellement place à ce côté alcalin que l’on avait ressenti au nez.

Neisson Profil 105

Neisson Profil 105 – 54,2%

Après cette belle mise en bouche, nous commençons la gamme des rhums mis en vieillissement avec une révélation de l’année 2016 : le Profil 105. Ce rhum, vieilli pendant 20 mois dans des fûts presque neufs (un premier remplissage rapide afin de préparer le fût), conçus avec des douelles de chêne français et américains en alternance, le tout chauffé avec un profil de chauffe moyen (qui porte le numéro 105 pour ceux qui suivent). Il est assez rare que l’on nous propose des rhums élevés-sous-bois (ESB) dans ces soirées mais nous pensons que l’assemblée a été conquise. Des fruits secs, de l’orange, de la vanille, des notes beurrées et empyreumatiques (moka, pain grillé), voilà pour le nez. En bouche les agrumes et le léger boisé (café-moka) donnent un très bon équilibre pour ce rhum très jeune et plein de vivacité (54,2% on vous rappelle).

 

Neisson VieuxLe Rhum Vieux par Neisson – 45%

Ce rhum est une nouveauté, issu de la refonte de la gamme pour les 85 ans de la distillerie. Il est composé de 70% de rhum de 3 ans d’âge (minimum requis pour l’appellation vieux) et 30% de 9 ans d’âge. Au nez, le premier humage est sur le solvant et avec de l’aération on y retrouve de la frangipane, du boisé bien intégré et des notes miellées et une pincée de poivre blanc. La bouche est au premier abord vive sur l’alcool, ensuite les fruits sec (amandes) et la vanille font leur apparition. La mie de pain vient clôturer le bal très équilibré. Un peu léger en bouche mais vraiment bien fait.

 

Neisson 2012 SCNeisson 2012 Single Cask – 49,2%

Premier millésimé de la soirée : 2012 Single Cask embouteillé pour la maison du Rhum, seul rhum du line-up à ne pas avoir revêtu les traditionnelles Zepol Karé. Un rhum relativement jeune (4 ans) et brut de fût, sorti à 250 exemplaires pour le salon de Spa 2017 (il y a encore possibilité de trouver une bouteille qui traîne chez un caviste belge si vous ne traînez pas). Le nez est porté par du beurre, du poivre, du pamplemousse avec un tout floral et plutôt fin. En bouche, on ressent directement le brut de fût (à la manière du profil 105), les fruits secs (noisette), le cuir et le coté floral sont par la suite bien présent. Le tout est bien rond et se marie bien. La finale est plus portée sur le boisé-grillé.

 

Neisson XOLe Rhum XO par Neisson – 48,5%

Second rhum ayant subi la refonte pour les 85 ans : le XO, un assemblage de rhum de 9 à 12 ans (bien plus que les 6 règlementaires). Le nez est très charmeur, sur le cuir, le cacao, la noix, le boisé (sapin) et le café. En bouche, le boisé fait son apparition avec des notes de fruits (blancs et exotiques) en plus des notes retrouvées au nez. L’ensemble forme toujours un superbe équilibre et cette fois une finale bien longue et persistante.

Neisson 12ansNeisson 12 ans – 52,7%

Dernier rhum vieux de la soirée : le 12 ans d’âge, ou millésime 2004 batch 3 pour les puristes ! Le nez est sur les fruits confits, le cacao amer, le cuir et des épices (piment, gingembre). La bouche offre une large palette aromatique onctueuse avec boisé bien fondu, toujours les fruits confits et une note fraîche. La finale est fine et sèche.

 

 

L’Esprit et L’Esprit Bio – 70% et 66%

Petite exception lors de cette soirée, nous allons terminer le tour de la distillerie par du rhum blanc. Non pas une mais deux références dont voici les concurrents : sur notre gauche, l’Esprit de Neisson, un rhum exclusivement canne bleue, (presque) brut de colonne titrant à 70% crée pour les 70 ans de la distillerie (il est rectifié pour être précisément à 70%). À droite, son petit frère : l’Esprit BIO, nouveauté de 2017, exclusivement en canne (bleue ?) entièrement issu de l’agriculture biologie, un label très difficile à obtenir, titrant à 66%. De quoi faire un beau match !

Au nez les deux sont sur de la canne fraîche (normal jusque-là !), l’esprit est plutôt minéral (terre humide), floral et notes de truffes alors que le BIO est plus sur l’agrume (citron) et offre une plus grand amplitude aromatique. En bouche, il faut y aller doucement car les watts sont bien présents. L’esprit est bien minéral (terreux) et sur la truffe. Le BIO est légèrement sucré et toujours cette note d’agrume. Personnellement, c’est le BIO qui m’a le plus séduit et il se suffit tout seul en ti-punch !

Neisson Line UP

Conclusion

Nous avons eu la chance de découvrir (ou redécouvrir pour certains) cette petite distillerie avec de superbes produits. La qualité est toujours présente et rares sont les fausses notes. Les vieux ont un équilibre impressionnant, un vrai travail d’artiste. Malheureusement, la perfection a un prix… On ne peut d’ailleurs que tirer notre chapeau à notre hôte qui, pour un prix très démocratique, a pu proposer un bel éventail de cette distillerie de La Martinique.

À bientôt pour une prochaine soirée 😉

 

Crédit photos : Michaël Muller

Advertisements
Dégustations, Dégustations Croisées

Triple navigation sur Trois Rivières

 

Dégustation croisée n°1

_____

Line-up :

Trois Rivières VSOP, Trois Rivières 5 ans et Trois Rivières 2006 Cask Strength

C’est un samedi soir du mois de novembre 2016 qui a vu notre idée d’un blog de dégustation passer du projet à la réalité. Notre première dégustation croisée nous emmène en Martinique, redécouvrir trois produits que nous connaissons déjà.

Trois Rivières VSOP

Matière Première : Vésou
Distillation : colonne créole
Titrage en alcool : 40°

Commençons par le VSOP, dont la robe ambrée brille dans le verre. Les jambes fines et légères descendent lentement sur le verre, promesse d’un rhum plutôt sec, sans graisse.

Au nez, on retrouve quelques épices avec la muscade en avant plan. Le boisé est présent, avec une touche de vanillé. On retrouve ces sensations en bouche, avec un alcool qui se fait légèrement sentir sur la langue mais qui est assez rond. Le poivre, la muscade avec semble-t-il des pointes de fruits secs (noix ?).

La finale est moyenne et le boisé l’assèche alors que s’envolent les dernières notes épicées.

Trois Rivières 5 ans

Matière Première : Vésou
Distillation : colonne créole
Titrage en alcool : 40°

Le 5 ans nous attend sagement. Il s’est paré d’une robe ambrée, comme son cadet, dont les reflets sont davantage cuivrés. Des jambes toujours fines, légères, qui collent légèrement au verre.

Le nez reste boisé et épicé, un tantinet plus doux que le VSOP (la vanille semble être un peu plus présente). En bouche, il est moins sur la sensation d’alcool que son petit frère, mieux équilibré avec des notes végétales au-delà du bois qui nous avait chatouillé les narines.

C’est d’ailleurs le boisé qui nous accompagne lors de la finale, plus longue mais toujours sèche.

Trois Rivières 2006 Cask Strength

Matière Première : Vésou
Distillation : colonne créole
Titrage en alcool : 55,6°
Particularité : Fût L23

Il est temps de se diriger vers le Cask Strength qui s’est aéré pendant les dix minutes précédentes. C’est un tout autre produit et la robe oscille entre le cuivre et l’acajou. Les jambes sont fines, presque perlées, et descendent avec lenteur, comme pour nous inviter à prendre notre temps pour le savourer.

Les épices, les agrumes et le caramel sont bien intégrés au boisé que l’on respire. On a un véritable bouquet olfactif qui nous pousse à le sentir plusieurs fois pour l’identifier, comme s’il préparait le terrain pour la suite. En bouche, l’alcool prend le pas pour une explosion de saveurs. Il est complexe, le boisé est toujours bien présent, comme un plateau sur lequel on découvre les épices, du caramel, quelques notes de café. Une pointe de cacao amer et de tabac poivré effleure nos papilles.

La finale est savoureuse, persistante. Sans être grasse, elle n’assèche pas la gorge mais permet de renforcer le nez quand on replonge nos narines dans notre verre. Il gagne à s’oxygéner un bon quart d’heure avant de le déguster.

En bref :

La maison 3 Rivières propose avec le VSOP et le 5 ans une belle entrée dans le monde des rhums martiniquais. Le rapport qualité/prix est indéniable, avec une légère préférence pour le 5 ans qui semblent être mieux achevé.

Le Cask Strength ne joue pas dans la même catégorie : il en impose avec ces 55,6° sans venir brûler le nez ou le palais. C’est un produit fini bien maîtrisé, qui permet de découvrir la « patte 3 Rivière » avec une dimension supplémentaire que ce que nous permettent les deux premières bouteilles.

 

Dégustations, Dégustations Croisées

La Mauny entre dans la Confrérie (du Rhum)

Dégustation croisée n°2

_____

Line up :

La Mauny millésime 2005, septième* cuvée de la Confrérie du Rhum

 

Crédit Photo : Rhumporter

 

Matière Première : Vésou
Distillation : colonne créole
Titrage en alcool : 49,7°

 

C’est avec une grande joie que nous avons l’honneur de déguster en avant première la nouvelle cuvée de la confrérie du rhum, grâce à un petit échantillon gagné lors du concours de la Chandeleur.

Pour cette nouvelle cuvée, les administrateurs sont resté sur l’ile aux fleurs et leur choix s’est posé sur un rhum de la maison la Mauny, millésimé 2005, titrant à 49,7%. Il s’agit d’un 11 ans d’âge qui a été produit presque de manière confidentielle, avec 1 000 bouteilles.

 

Après s’être mis en jambes avec le VSOP de la gamme afin de se remémorer la ligne directrice de la maison, nous sommes passés à la dégustation à proprement parler.

La robe est cuivrée, grasse, avec les jambes fines et lourdes. On se retrouve avec un rhum à l’aspect huileux et un léger disque vert-de-gris se forme après une petite aération.

Le nez est intense et fait ressortir des fleurs blanches, du rancio et des épices (muscade). Le boisé humide (qui sera présent tout au long de la dégustation) fait également son apparition. On retrouve directement la patte du maître de chai Daniel Baudin (La Mauny et Trois Rivières). Avec plus d’aération, ce sont des notes de plus douces et subtiles de vanille et de canne qui font leur apparition.

La bouche est sèche et vive. Elle confirme le nez, avec une concentration d’arômes. Il n’est pas facile des tous les dissocier. Nous avons retrouvé le rancio et le bois humide qui ressortent du lot. L’alcool est bien intégré, soutenant les arômes.

La finale est moyennement longue sur le bois humide et tanique. La fin de bouche fait ressortir les épices déjà présentes au nez ainsi qu’une certaine amertume.

 

En bref :

Ce rhum est une belle découverte et sort des sentiers battusde la Maison La Mauny. Le boisé (souvent plus présent chez Trois Rivières), l’intensité et l’amertume de fin de bouche nous font découvrir d’autres pans de ce que peut nous proposer cette maison. On attend donc avec impatience d’autre produits de cette trempe (peut-être pour le quatrième joyau de la série).

Félicitations à Benoît et Jerry pour la sélection (encore une fois) parfaite et évidemment à Daniel Baudin pour son savoir-faire. Merci de nous avoir permis de découvrir en primeur cette nouvelle cuvée.

 

 

* le Ti-arrangé anniversaire ainsi que le Fleur de Canne vieux de Saint-James n’ont pas été comptabilisés comme cuvées, mais comme sélection (à notre connaissance).