Événements, Dégustations de Mister K

Spa, reine du rhum le temps d’un weekend

salon

Cette quatrième édition du salon belge des découvertes rhumesques s’est tenue ces 7 et 8 octobre. Pour cette année, deux maisons se sont associées aux organisateurs pour présenter deux produits dédiés au salon : Neisson et New Grove.

Cet article ne fait qu’effleurer les produits présentés et ne se veut ni une liste exhaustive de ce qui était présent ni même de ce que j’ai pu goûter (n’ayant pas noté à chaque fois).
D’ailleurs, ma dégustation Collector fera l’objet d’un autre billet qui va suivre.

En ce qui concerne le stand Rarities qui a brillé par son absence, il a fait des déçus au rang desquels se trouvait Vincent Thill, l’organisateur du salon, qui a appris le jeudi que la personne ne pourrait être présente à Spa suite à des soucis familiaux. Une perte pour le salon qui n’a en rien diminué la qualité de celui-ci.

 

Avant d’attaquer la première cuvée « Salon », un petit Neisson 52.5 histoire de préparer le palais. Cette canne bleue a une superbe longueur et me voilà dans les starting-blocks pour l’une des cuvée du salon.

neisson

La distillerie martiniquaise nous propose un rhum vieux single cask et brut de fût de presque 5 ans qui tape juste en dessous des 50 watts avec 49,2%,  présenté dans une belle carafe prestige (comme celle des cuvées du début des années ’90). Et Neisson ne fait pas défaut à sa réputation : il s’agit d’une belle claque pour un 4 ans (et 10 mois) d’âge. Le boisé est évidemment présent avec des notes vanillées au nez. Une belle bouche intense où le bois (note d’épicéa)  est présent sans s’imposer. On sent quelques notes épicées et d’orange confite en fin de bouche. Assez rond et d’une belle longueur, la finale n’est pas sèche malgré son jeune âge. Une très belle réussite.

newgrove

En ce qui concerne New Grove, on est sur un rhum de 2007 brut de fût & single cask également titrant à 52,7%. Son nez assez simple où le boisé du fût se fait sentir. La bouche est sur le piment doux et la réglisse avec un peu d’amertume. Je dois avouer que je n’en garde pas un souvenir impérissable.

Au-delà de ces deux cuvées, on retrouvait dans cette salle grandiose qu’est le théâtre du Casino de Spa pas moins d’une soixantaine de stands, avec l’apparition très remarquée de Savanna par laquelle je vais commencer un petit débrifieng des dégustations du weekend.

savanna

Le Lontan 57 (stabilisé à … 57% of course), pâtissier et fruits exotiques au nez avant de se porter sur les olives noires et une fin de bouche légèrement sur le beurre.

Le HERR blanc 57 (envoyant 57 watt aussi) est quant à lui sur la fraise Tagada avec une pointe de menthol, presque de la gomme. En bouche, c’est toujours le côté bonbon qui ressort, un peu sur le chewing-gum. En deuxième bouche vient de la mirabelle. La finale est sèche et herbacée (fougère et thym).

Le blanc Intense (40%) a un nez sur le fruit exotique (ananas) et une bouche assez douce, presque sur le miel. On finit sur l’orange.

Le Métis (rhum traditionnel maturé stabilisé à 40%) a un nez qui me fait penser à l’ananas confit, une bouche assez douce aussi (avec quelques notes de vanille). Une belle révélation pour moi, surtout qu’il se prête à merveille en cocktail avec du sirop de Galabé : une tuerie!

Le 7 ans (43%) a un nez boisé avec une pointe d’épice (muscade). La bouche fait ressortir un peu de poivre et de vanille avec un crescendo dans les arômes, la fin de bouche ayant davantage de punch.

Le 8 ans Intense fini en fût de Xéres (46%) a un nez fruité et une bouche qui fait ressortir le bois (chêne) et du miel, c’est assez onctueux. Le finish ressort assez bien.

Le 10 ans Intense, finition HERR (50,8%), qui fait évidemment ressortir les arômes du High Ester de Savanna : citronelle, agrumes et bonbon. Beaucoup plus facile à dompter que le HERR, c’est un petit coup de coeur pour moi.

 

Un petit tour chez Longueteau où François présente la gamme traditionnelle qu’on ne présente plus : du VS au XO en passant par le VSOP et Grande Réserve, les vieux étaient accompagnés d’autant de blancs : les trois parcellaires (n°1, n°4 et n°9) sans oublier le Genesis et le fer de lance de la maison : le 62. Mais derrière toutes ces pépites se cache le nouvel ESB qui répond au doux nom de Prélude. Élevé dans des fûts neufs, il est proposé en avant-première avant une sortie officielle en 2018 (qui a dit Rhumfest? ^^). Le boisé est présent (chêne vif), des notes fumées au nez. L’alcool n’a pas encore été assagi, même si le chocolat pâtissier (chocolat amer) est assez présent. Une longueur assez surprenante pour un ESB. Un produit qui n’est pas encore le définitif, mais on sent la direction qu’il prend. Rendez-vous donc en 2018 pour le redéguster et aussi découvrir les quelques surprises que la maison guadeloupéenne nous prépare.

ferroni

Un petit tour du côté du stand Ferroni, situé juste à l’entrée de l’espace Collector.

Le Pur Jus, 56%, porté légèrement sur la sucrosité du miel possède des notes végétales. La bouche est très clairement sur la canne avec une pointe de poivre.

Le brut de fût Cuba (58,5%) est assez discret au nez et porté sur le caramel en bouche. Il reste cependant assez calme pour un rhum qui avoisine les 60%

Le brut de fût Trinidad (57,5%) possède en revanche une attaque vive. La bouche est intense et fait ressortir la réglisse et des notes herbacées.

Le dernier brut de fût est le Jamaïcain (63,4%) qui possède aussi une bouche très intense, avec du boisé et du piment et une belle longueur.

Au delà des rhums dégustés, je retiendrai aussi l’intarissable Guillaume Ferroni qui explique chacun de ses rhums avec force de détails sur leur maturation, les impacts des différents chais de vieillissement. Cela vaut vraiment la peine dans un salon de passer par chez lui et de l’écouter en dégustant ses breuvages.

 

toucan

Du côté de chez Toucan, on est toujours très bien accueilli aussi. Cat Arnold est toujours aussi enthousiaste pour son rhum de Guyane qu’on ne peut que se laisser emporter par son énergie. Le Blanc est bien connu, la canne fraiche est très présente. C’est un rhum gras en bouche qui doit cartonner en ti-punch!

Le n°4 de chez Toucan est vraiment bien réussi, avec des notes de sous-bois, une bouche douce et ronde. C’est un rhum plus complexe qu’il n’y paraît, avec une deuxième bouche plus relevée et surtout une belle longueur. Une réussite qui vient de recevoir une médaille d’or à Berlin, Bravo Cat !

 

clyde

Je finis ce petit aperçu par Dr Clyde, une distillerie belge, proposant un rhum distillé en Belgique à partir de panela (pain de vesou cuit, issu du commerce équitable).

Le Blanc (50%) est assez sirupeux au nez et très porté sur la mélasse. La bouche est assez molle avec de la rondeur mais une longueur un peu trop courte.

Le Vieux réduit (45%) (et pas l’ancien placard hein) possède une bouche un peu herbacée, avec du boisé, beaucoup de caramel et de la réglisse. La longueur est moyenne.

Le Vieux brut de fût (60%) possède une attaque vive de part ses watts. Les notes de caramels sont toujours présentes mais ne s’imposent plus. Le miel est là aussi, porté sur l’acacia. La longueur est assez intéressante, probablement grâce au punch de son degré.

Je partais sans grand enthousiasme découvrir cette gamme et je reviens mitigé : je suis surpris, m’attendant surtout à de la glycérine à outrance et à un produit sans aucune expression et je constate que c’est un produit qui peut évoluer. Affaire à suivre.

 

En tout cas, le salon est clairement une réussite. La cinquième édition se tiendra (si je ne me plante pas ^^) le 13 & 14 octobre 2018 et c’est déjà inscrit dans mon agenda! Un grand merci à toute l’équipe, que ce soit les bénévoles qui nous accueillent, qui nous guident, qui tiennent la boutique éphémère et ces mains invisibles qui préparent la salle et qui la nettoient une fois la folie rhumesque passée à l’organisateur Vincent Thill, ainsi qu’à tous les exposants pour ces deux jours au terme (sans H) desquels on repart avec plein de saveurs cannesques dans les papilles.

 

 

 

 

 

Advertisements