Dégustations Chez Antoine

Dégustation Privée « Le Goût du Bonheur N°4 »

Cela faisait déjà pas mal de temps que nous nous étions donné rendez-vous, presque cinq mois! Lors de cette dernière rencontre, on avait décidé de limiter le nombre de bouteilles. Du coup, évidemment, pour cette nouvelle soirée, chacun a ramené une quille. Résultat : 11 références différentes prêtes à ravir nos palais!

lineUp

Comme cela devient une habitude, certaines dégustations ‘découvertes entre potes’ débutent la sélection non-officielle de cette soirée… un peu comme au festival de Cannes ! (Yes, j’ai réussi à la placer, celle-là !)

Alors dans le désordre : un cognac VT 56, deux Metaxa et un Depaz vieillissement maison 🙂

 

Antoine nous propose d’ouvrir nos papilles avec un Clairin Le Rocher (46,5%) dont le nez, minéral et fumé annonce une bouche portée sur l’alcool, fortement présent, enrobée d’une épaisse fumée. On est prêt pour passer en revue chacune de ces demoiselles, certaines ouvertes pour l’occasion.

Hardy XOHardy Tartane XO – 43%

Il est assez difficile d’annoncer proprement ce rhum : distillé sur le site de Saint-James, on ne connait ni l’âge, ni les fûts, ni s’il est représentatif des XO que monsieur Hardy produit.

Les jambes s’éveillent lentement, prenant leur temps pour apparaître et descendre grassement sur les parois du verre. Le nez est très doux, sur le sucre fondu, les fruits à coques et les fruits rouges dominés par la cerise qui contraste avec les quelques notes de sous-bois relevé dans les dernières strates.
La bouche quant à elle nous propose un boisé très puissant limite amer, le chêne est porté par du piment rouge. Après avoir laissé passé cette explosion, les noyaux cerises font leur apparition. C’est une belle découverte, qui mérite une belle aération.

Karukera millésime 1999 – 45%

Les jambes se forment lentement et se font assez discrètes. Elle annoncent un nez assez doux sur la fleur et les fruits blancs: c’est parfumé. La bouche quant à elle tranche vivement : de la poudre à canon sur un fond de boisé qui laisse penser plutôt à un résineux qu’au chêne habituel. La longueur en bouche est cependant assez réduite, ce qui nous laisse sur notre faim.

 

Papalin – 42%

Le nez est assez herbacé et annonce une bouche plutôt douce, sur le caramel et le chocolat, ponctué d’une pointe d’acidité. Les fruits sont de la partie et apportent leur exotisme aux arômes.

Un premier blend de Gargano très intéressant et qui permet de contenir les arômes extravagant du Caroni et de découvrir plusieurs facettes du rhum de mélasse. Une belle entrée en matière pour ceux qui veulent commencer avec ces produits atypiques. Avec un prix de sortie de moins de 50€ le rapport q/p était vraiment très intéressant, maintenant c’est une autre histoire…

Bielle millésime 2003 – 52,9% (brut de fût)

Démarrons le duel Bielle avec un des premiers qui a fait s’intéresser pas mal d’entre nous à cette distillerie : un millésime 2003 brut de fût pour lequel une bonne série de batchs ont été dépotés avec, à chaque fois, un degré légèrement inférieur (vieillissement oblige).

Au nez, on respire la fleur d’oranger portée par le boisé du chêne. La bouche est fruitée, les agrumes titillent le palais pendant qu’un discret boisé se fait sentir. Des notes végétales finissent par apparaître et la fin de bouche devient ensuite gourmande, sur le pâtissier.

 

Bielle 2009, cuvée de la Confrérie du Rhum – 52,3% (brut de fût n°101)

Le concurrent d’en face n’est autre que le dernier brut de fût de la maison, sélectionné par la confrérie du rhum. Ici ce sont en plus 4 single casks qui sont sortis et notre dégustation s’est portée sur le fût 101.

Un nez qui sent bon l’orange et le melon. Après une longue aération c’est le beurre qui fait son apparition. La bouche surprend par son côté très pimenté (presque alcooleux), un boisé assez sec et quelques notes de poudre à canon (haaa le fameux libé 2012 FP ^^). Après de longues secondes, on peut enfin apprécier le breuvage qui se fait plus rond avec une fin de bouche sur le beurre fondu.

L’Esprit – Travallers – 66,1%

Cette distillerie de Belize qui ne cesse de produire de beaux produits chez les IB (bon ok pas tous mais quand même) a cette fois été sélectionnée par L’Esprit pour une version anniversaire à l’occasion des 10ans de l’embouteilleur.

Malgré le wattage impressionnant, le nez est doux, sur le pain d’épices, les fruits et un léger coté floral. La bouche est assez boisée, ce sont les épices qui prédominent avec de la réglisse en premier plan avant les fruits cuits. La finale est assez bien longue et persistante avec l’apparition de fruits sec (noix).

 

Damoiseau 1995 FP – 66,9%

Vous l’avez compris les watts étaient bien présent lors de cette soirée (merci au taxi pour le retour d’ailleurs !). Nous changeons d’île avec la Guadeloupe et les fameux FP de chez Damoiseau. Un blend Agricole-Mélasse (80-20 si je ne dis pas de bêtises), distillé à 80% ABV et dépoté 15 ans plus tard à 66,9%… un vrai Full Proof quoi ^^

La robe est très grasse et acajou avec une belle brillance. Le nez est fruité (raisin), le boisé avec une petite amertume. Un léger solvant s’en dégage également suivi de notes de torréfaction et de caramel brûlé. La bouche est astringente, sur les fruits à coques. Une touche végétale et du cacao équilibrent l’ensemble. La finale est très longue sur le cacao, les fruits à coque et une pointe de menthol.

SMWS R11.2 Worthy Park – 57,5%

Cet embouteilleur indépendant bien connu dans le monde du whisky nous propose depuis un certains temps des « rum ». Comme pour les whisky, les numéro (11 dans ce cas), représentent la distillerie alors que le second (2) représente le numéro de l’embouteillage.

Nous sommes donc en face d’un rhum jamaïcain de 2000 et 7 ans d’âge. Tout cela étant bien clairement spécifié sur l’étiquette (c’est beau la transparence 🙂 ).

Le nez est assez doux et fruité (abricot), on retrouve du pain grillé, des fleurs blanches, une légère note d’olive et un côté plasticine « Play -Doh ». Pas d’amertume, de boisé ou d’esters exubérants mais un nez bien structuré qui laisse une belle promesse quant à la dégustation.

En bouche, l’alcool est présent un court instant afin de faire place à un fruité chaud et gourmand. Le pain grillé est toujours présent et les fruits (ananas et abricot) prennent la plus grande place.

La finale est douce, longue et fine avec un pointe de salinité.

SMWS

SMWS R7.1 Hampden – 54%

Toujours même embouteilleur, autre distillerie : Hampden. Ici nous sommes en présence d’un rhum de 2000 ayant subit un vieillissement de 16 ans et titrant à 54%.

Le nez est plus typique jamaïcain avec des notes d’esters, de solvant, d’ananas. Le tout est assez discret. La bouche est intense, assez ronde quand même, sur l’olive noire et l’ananas (comme le laissait supposer le nez). Les esters sont présents mais bien intégrés. Le tout est bien équilibré.

La finale est ronde et embaume l’ensemble du palais, des notes fumées apparaissent.

Hampden <H> 70ans Velier – 62%

Nous terminons notre soirée dégustation par un des meilleurs produits de la gamme 70ans Velier, cette gamme qui a fait couler beaucoup d’encre (tant par le nombre, la qualité et la rareté des bouteilles).

Nous sommes donc toujours chez Hampden avec un « rum » de 10ans du mark <H> (entre 900 et 1000 gr/HL en TNA) ce qui en fait un des rhum les plus aromatiques du moment (en tout cas sur le papier). Comme souvent chez Velier, ce produit est proposé sans réduction à 62% pour un millésime 2010 7 ans d’âge.

Au nez, les ester s’expriment pleinement, l’olive est bien entendu présente tout comme les fruits très (trop) mûrs. C’est concentré ! Un boisé légèrement astringent se libère. J’ai du mal à ne pas faire la comparaison avec un Grand Arôme de chez Savanna (le 9 ou 12 ans brut de fut).

En bouche c’est impressionnant: le fruité, l’olive, de la biscotte, le tout dans un nuage d’esters. On ressent bien l’influence du dunder. C’est bien fait, très aromatique : Woaw !

La finale est très longue et vous laisse ces notes de fruits et une partie des esters en bouche jusqu’au lendemain matin 🙂

Si vous avez aimé l’Habitation Velier HLCF ou les Grand Arôme Savanna en brut de fût, vous devriez adorer celui-ci!

Conclusion

Encore une belle soirée avec beaucoup d’échanges et de bons moments de rigolades comme on en a à chaque fois. On avait hésité à limiter le nombre de bouteilles mais finalement pour reprendre la citations du plus chevelu de nos membres : « Trop de bouteilles c’est le top ! »

lineUp

A bientôt pour une prochaine séance 😉

Advertisements
Dégustations Chez Antoine

Dégustation Privée « Le Goût du Bonheur » N°1

Cela fait déjà quelques temps maintenant que nous avions envie de nous retrouver entre amateurs avertis afin de mieux se connaitre et faire découvrir certains de nos délicieux nectars à nos confrères Wallons. Car mis à part les dégustations à Incourt organisées par Cédric, notre jeune province est dépourvue de club de dégustation. Cela a mis un petit moment afin de réunir tout le monde et de trouver un lieu adéquat. C’est donc chez notre ami et caviste préféré de Nivelles que nous nous sommes retrouvés tous les huit pour notre première session. Voici donc un petit retour sur cette belle soirée pleine de découvertes.

Le principe pour cette première soirée était que chacun apporte une bouteille intéressante de son choix. Lors de cette session, c’est davantage le rhum agricole qui a été mis en avant.

La Mauny Très vieille Cuvée

Entrhums_La MaunyAncien embouteillage La Mauny. Un rhum vieux de 10 ans, vieilli en fût de chêne. Nous sommes devant une robe cuivrée avec des jambes fines et collantes, cela promet donc une texture intéressante. Le nez est boisé au premier abord et vire ensuite sur le  fruité (orange), la cannelle et le tabac blond. En bouche, nous retrouvons ce côté boisé. Viennent ensuite des notes plus piquantes (poivre, piment), moins fruitées que le nez ne le laissait penser. Le menthol fait légèrement sont apparition en fin de bouche. La finale est sur la canne avec des notes de vanilles assez longue.

Après ce premier rhum, nous avons fait découvrir un échantillon du nouveau La Mauny 2005 cuvée confrérie pour lequel nous avions déjà rédigé une note de dégustations ici.

La Favorite Millésime 2008 Fûts 2 et 8

Entrhums_Degustation Croisee_La Favorite Millesime 98_La Favorite nous revient avec de belles nouveautés : Blanc bel’air, Privilège 1999 André Dormoy et ce millésime 2008 mis en bouteille en 2016 à 44,7% pour le fût 2 et 44,5% pour le fût 8. Maximum 250 bouteilles disponibles pour chaque fût (10 fûts devraient voir le jour au total).

Commençons par le fût N°8 : la robe est assez sombre avec de jambes fines. Le nez est fruité, rond, sur la canne et l’amande. La bouche est intense sur les fruits rouges; on ne s’attendait pas à une telle intensité de la part de la Favorite (une réelle rupture avec les cuvées Flibustes et ancienne Privilège). La finale est par contre assez courte, un peu plus de longueur aurait été bénéfique pour une bouteille de cette gamme.

Pour le fût N°2, le nez est directement plus sec. la bouche toujours intense et ronde mais davantage boisée. La finale nous a semblé très légèrement plus longue.

Il faut noter que le fût N°2 a été ouvert sur place alors que le fût 8 avait été ouvert depuis longtemps, le niveau de la bouteille a donc donné une belle oxygénation à ce dernier comparé au fût N°2.

Neisson 12 ans 2000

Entrhums_Neisson 12 ansCe Neisson (non commercialisé) provient d’un échantillon fourni par la distillerie pour un salon. Il s’agit du 15 ans d’âge, soutiré 3ans avant la mise en bouteille officielle.

Le nez fait ressortir des notes de noisettes, de fruits et une légère touche de vanille. La bouche suit fidèlement le nez mais nous a semblé moins douce que les autres références de la gamme (notamment le XO et cuvée 3ème millénaire). La finale manque de longueur également.

Au final, nous avons à faire un bon rhum, mais pas encore fini. Nous comprenons la raison des années de vieillissement supplémentaires afin qu’il s’exprime plus amplement. Une dégustation face à face avec le 15ans (batch 2015) devrait être fort intéressante.

Saint James 1974 (non millésimé)

Entrhums_Saint James_1Cet ancien rhum vieux Saint James a été produit en 1974 et titre à 47%. Ce rhum se distingue des rhum Saint James actuels par une méthode de production différente. Cela lui confère des arômes plus prononcés.

Premièrement, la robe est étonnamment claire avec des jambes légère. Le rhum ne doit pas être très âgé, on lui donnerai entre un 3 et 4 ans. Le nez fait ressortir des notes de fruits (ananas), de cuir, réglisse et un marqueur que l’on ne retrouve pas sur les rhum agricole actuel : le vernis. La bouche est sèche, avec  des notes pâtissières et banane, un peu caramel et se termine sur des marqueurs boisé, cendré et de tabac. La finale est malheureusement courte ce qui, combiné à la bouche sèche, nous oblige à reprendre une gorgée.

HSE 2007 brut de fût confrérie du rhum batch 1

Entrhums_HSE Confrerie du rhumPremière version du HSE confrérie du rhum et premier brut de fût de HSE. Ce rhum a été mis en fut en 2007 et soutiré en 2016 à 52,2%. 800 bouteilles de 50cl ont été produites.

La robe est cuivrée, Le nez est assez rond, fruité (sur la banane), un peu boisé et une légère vanille apparaît avec le temps. L’alcool ne se fait pas sentir. En bouche on retrouve les marqueurs de HSE mais plus sec avec des notes de fruits rouge, assez tanniques, et de fumée. La finale est assez longue, fruitée et légèrement sèche voire un peu amère.

Nation Rare Rhum Savanna 10 anssavana.jpg

Fabio Rossi continue sa série des Rare Rhum avec ce Savanna intense (à base de mélasse) 10ans (2006 -2016) titrant à 54,2% fut 674. Notons qu’il existe un autre Savanna 15ans à 52,8%.

La robe est soutenue avec des jambes épaisses et lourdes. Le nez est assez vineux comme s’il y avait une finition Porto (ce qui ne semble pas être le cas) avec des touche balsamiques. la bouche fait ressortir des arômes de fruits sec tout en rondeur et gras. La finale est longue et tannique avec un léger boisé.

_DSC3985Bielle 2010 60 ans LMDW

Sorti pour les 60 ans de La Maison du Whisky, ce Bielle 2010 est un 5 ans d’âge titrant à 56%. 1200 bouteilles ont été produites.

Le nez est assez déroutant : des notes de fleurs blanche, légèrement fruité mais surtout des notes de souffre et de poudre à canon. La bouche suit cette même tendance avec une explosion d’arômes: poudre, fruits murs (passion) et chêne mais avec un alcool bien intégré.

Velier Caroni 1994 Heavy Rhum

Caroni, la distillerie fermée depuis 2001 avec ses rhums aux arômes si particuliers (hydrocarbure), nous est présentée ici via un des meilleurs embouteilleurs : Velier. Le rhum entièrement vieilli sur place a été mis en bouteille en 2011 avec une réduction à 52%.

La robe est cuivrée avec des reflets acajou, on peut apercevoir un léger disque se dessiner. Le nez fait principalement ressortir des notes de caoutchouc et de fleur blanche. Nous sommes sur des marqueurs typiques Caroni. La bouche confirme le nez, nous retrouvons le caoutchouc et fumé avec une fraîcheur herbacée qui équilibre l’ensemble. La finale est extrêmement longue sur des notes de fumée et de menthol.

Voila qui conclu cette première soirée dégustation. Le niveau était bien au rendez-vous, avec de très belle découvertes gustatives et de belles rencontres. Merci à notre hôte pour son hospitalité. On se retrouvera surement prochainement pour une seconde session.

Dégustations, Dégustations Croisées

La Mauny entre dans la Confrérie (du Rhum)

Dégustation croisée n°2

_____

Line up :

La Mauny millésime 2005, septième* cuvée de la Confrérie du Rhum

 

Crédit Photo : Rhumporter

 

Matière Première : Vésou
Distillation : colonne créole
Titrage en alcool : 49,7°

 

C’est avec une grande joie que nous avons l’honneur de déguster en avant première la nouvelle cuvée de la confrérie du rhum, grâce à un petit échantillon gagné lors du concours de la Chandeleur.

Pour cette nouvelle cuvée, les administrateurs sont resté sur l’ile aux fleurs et leur choix s’est posé sur un rhum de la maison la Mauny, millésimé 2005, titrant à 49,7%. Il s’agit d’un 11 ans d’âge qui a été produit presque de manière confidentielle, avec 1 000 bouteilles.

 

Après s’être mis en jambes avec le VSOP de la gamme afin de se remémorer la ligne directrice de la maison, nous sommes passés à la dégustation à proprement parler.

La robe est cuivrée, grasse, avec les jambes fines et lourdes. On se retrouve avec un rhum à l’aspect huileux et un léger disque vert-de-gris se forme après une petite aération.

Le nez est intense et fait ressortir des fleurs blanches, du rancio et des épices (muscade). Le boisé humide (qui sera présent tout au long de la dégustation) fait également son apparition. On retrouve directement la patte du maître de chai Daniel Baudin (La Mauny et Trois Rivières). Avec plus d’aération, ce sont des notes de plus douces et subtiles de vanille et de canne qui font leur apparition.

La bouche est sèche et vive. Elle confirme le nez, avec une concentration d’arômes. Il n’est pas facile des tous les dissocier. Nous avons retrouvé le rancio et le bois humide qui ressortent du lot. L’alcool est bien intégré, soutenant les arômes.

La finale est moyennement longue sur le bois humide et tanique. La fin de bouche fait ressortir les épices déjà présentes au nez ainsi qu’une certaine amertume.

 

En bref :

Ce rhum est une belle découverte et sort des sentiers battusde la Maison La Mauny. Le boisé (souvent plus présent chez Trois Rivières), l’intensité et l’amertume de fin de bouche nous font découvrir d’autres pans de ce que peut nous proposer cette maison. On attend donc avec impatience d’autre produits de cette trempe (peut-être pour le quatrième joyau de la série).

Félicitations à Benoît et Jerry pour la sélection (encore une fois) parfaite et évidemment à Daniel Baudin pour son savoir-faire. Merci de nous avoir permis de découvrir en primeur cette nouvelle cuvée.

 

 

* le Ti-arrangé anniversaire ainsi que le Fleur de Canne vieux de Saint-James n’ont pas été comptabilisés comme cuvées, mais comme sélection (à notre connaissance).